jeudi 29 décembre 2011

À la découverte d'Oslo!

Il y a déjà quelques semaines j'ai eu la chance de faire un bref passage dans la capitale norvégienne, Oslo. Comme ma collègue et moi y étions pour le travail, ce fût une visite éclair mais bien suffisante pour y saisir le rythme de vie.

Pour ma part, j'ai apprécié ma visite mais je crois que j'aurais une grande difficulté à vivre dans ce pays nordique. Pourtant, la température n'était pas si différente de ce que l'on connait au Québec. Mais légèrement plus déprimante. Une température crue et humide. Une bruine permanante. Une faible luminosité. Contrairement à nous, les norvégiens ne s'enferment pas à l'intérieur dès les premières températures froides. Au contraire, ils vivent dehors. Ils n'ont surtout pas peur d'aller prendre un petit café (ou encore mieux, un verre!) sur une terrasse à quelques degrés autour de zéro. Il faut dire qu'ils ont l'air habitués. Les terrasses sont chauffées, proposent parfois de petits foyers et surtout, les chaises sont habillées de belles peau d'animaux. De plus, quelques couvertures trainent jamais bien loin pour les plus frileux! C'est quand même énergisant de prendre une pause au grand air!

Bien rapidement, on fait le tour de la ville à pied. Enfin, du plus intéressant. Les rues piétonnes remplies de magasins, décorées pour les fêtes, le port, (de l'eau, quel bonheur!) les vieux bâtiments. Les gens flânent, personne n'est pressé. (Rien à voir avec Londres, notre première destination où nous avons courues pendant une journée et demi!) Avec le tour des magasins, on se rend bien compte de la frénésie des fêtes qui commence à s'installer. Le calendrier de l'Avent est très présent à Oslo et y est présenté sous plusieurs formes. On peut définitivement laisser tomber le fameux calendrier qui cache de petits chocolats au paraffine derrière chaque petite porte de carton. En Norvège, il est original, très artisanal et surtout différent d'une place à l'autre. Des grands panneaux de tissus traditionnels avec des poches numérotées pour y mettre un petit cadeau différent à chaque jour. Un module avec de petites pochettes suspendues. Des jouets à fabriquer à chaque jour pour créer un grand jeu. On sent avant tout l'idée de faire participer l'enfant, de le faire rêver et de favoriser la personnalisation de chaque petit cadeau.

Sur notre chemin de retour, près de l'hôtel, nous sommes tombées sur un petit marché de Noël qui venait juste d'ouvrir ses portes. De jolies cabanes en bois occupées par des artisants de vêtements traditionnels, d'accessoires d'hiver, de nourriture locale. (On se demande où je me suis attardée!) Un marché de ce genre, c'est toujours plus excitant dans une autre ville, avec des produits différents! Nous y avons fait un petit tour bien rapide, juste assez pour se mettre dans l'ambiance des fêtes. Il ne manquait que la neige! (curieusement, à cet instant tombait la première neige au Québec!)

Enfin, Oslo est une ville bien intéressante. Probablement pas une destination de choix pour ma part (le coût de vie élévé est un facteur important à considérer!) Par contre, en ce moment dans mon igloo d'appartement (vieilles fenêtres complètement givrées par le froid), je m'ennuie un peu de ces petites terrasses chaleureuses.
Bon temps des fêtes à tous!

mardi 1 novembre 2011

Trick or Treat!

Une autre année à voir de la petite marmaille se promener de maisons (hantées!) en maisons en quête de friandises. Il y avait longtemps que j'avais vécu cette frénésie associée à l'halloween. Évidemment, à défaut de costumes et de maquillage intense, ma collègue et moi avons opté pour ce que l'on sait particulièrement bien faire: les petites gâteries au boulot!

Cela faisait un certain temps que l'idée des Cake Pops me trottait dans la tête. De plus en plus populaire, je crois sincèrement qu'il s'agit du nouvel item tendance. Le nouveau cupcake, quoi! Mais qu'est-ce que le Cake Pop? Il s'agit en fait d'une petite boule de gâteau plantée dans un bâtonnet, enrobée de chocolat. Pour faciliter la formation des petites boules, celles-ci sont en fait constituées de gâteau émietté et d'un peu de glaçage. Le tout rappelle un peu l'idée d'une sucette, mais il s'agit maintenant de gâteau et de chocolat. (On aime!)

Enfin, toujours motivées et pleines d'idées, Mélanie et moi s'organisons un projet bien solide. Oh oui, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? C'est ainsi qu'on développe notre thématique autour de trois personnages. The Wicked, The Visitor et The Doctor. On leur associe à chacun une saveur spécifique, une étiquette unique et des couleurs précises. On a surtout la ferme intention de ne pas déroger de notre plan.

On court partout. Chez le magasin d'accessoires de pâtisserie. Sur St-Hubert pour trouver LES rubans qui vont harmoniser parfaitement nos Cake Pops. (Il fallait ABSOLUMENT le petit ruban noir à pois blanc!). Enfin, on se rencontre pour concoter le tout, après que Mélanie ait cuit trois gâteaux différents et que j'ai coupé environ une centaine d'étiquettes. (J'ai bien dit 100!!!)

Heureusement, on a eu de l'aide! (Merci à Michael et Jean-Pascal!) Parce des petites boules, c'est bien joli, mais il faut tout de même quelqu'un pour en rouler une centaine! Cependant, il y a bien fallu reviser notre plan quand on s'est aperçues qu'on ne pouvait teindre le chocolat facilement. Notre projet rempli de couleurs venait de tomber à l'eau... pour laisser place à l'improvisation de dernière minute! C'est ainsi qu'on a fait The Doctor à moitié recouvert de chocolat mauve et qu'on a gardé le chocolat blanc pour The Visitor en y ajoutant simplement quelques morceaux de noix de coco teint orange. Pas si mal comme dépannage!

Enfin. Nos Cake Pops sont pratiquement tous complets. Mais il faut tout de même les emballer individuellement. (Oui oui, on est un peu trop ambitieuse parfois!). On a revisé notre quantité à la baisse et on a tout de même fini par envelopper (à la chaine) un grand total de 72 Cake Pops!

Oh oui, c'était beaucoup de travail. Mais le résultat était si satisfaisant. Curieusement, tout le monde retrouvait leur petit sourire d'enfant émerveillé à la vue de nos petites gâteries.

C'est l'halloween, même pour les adultes!

dimanche 30 octobre 2011

Breakfast at Mélanie's

Quoi de plus agréable qu'un petit brunch entre amis, le tout accompagné d'une (ou plusieurs!) magnifique coupe de champagne. Une recette parfaite pour contrer la petite déprime automnale et le temps froid qui s'installe.

Tout est parfait. Et rose. Le choix de la nappe, les petites fleurs en décoration, les belles assiettes blanches rectangulaires et texturées. Notre hôte a définitivement pensé à tout! Les petits restos de déjeuners peuvent définitivement aller se rhabiller!

Le brunch? Simple, santé, mais combien savoureux. Un morceau de polenta grillé dans la poêle, surplombé de jeunes pousses d'épinards, d'oignons caramélisés, de champignons marinés et grillés. Un oeuf poché y est ajouté, bien arrosé d'une sauce tomate maison plus que savoureuse! Enfin, quelques asperges rôties sont ajoutées pour conclure l'assiette. J'adore le mélange des textures, l'abondance de légumes et l'originalité du plat!


Encore merci Mélanie!

mardi 4 octobre 2011

Plaisir d'automne!


Oui. Je sais. Je ne prend plus trop le temps d'écrire dernièrement (et de préparer mes photos!). Ce n'est pourtant pas les idées de billets qui me manquent! Je n'ai pas encore pris le temps de partager tout ce que j'ai concocté suite à ma dernière virée au marché Jean-Talon, lors des récoltes abondantes du mois de septembre. Le temps passe si vite! Une seconde c'est l'été, on pense vacances, soleil et repos. L'autre seconde on met nos bottes de pluie, notre imper et nos gants parce qu'il pleut, que c'est humide et glacial. Je regarde le Bixi avec une petite nostalgie et j'accueille le métro à reculons...

C'est l'automne!

Mais! Avec le début de l'automne vient également ma fête! Alors je met bien vite de côté ma déception face à l'arrivée de l'automne et je célèbre! Voici donc mon petit gâteau de fête qui a été soigneusement concocté par ma collègue Mélanie. Un petit gâteau au rhum et chocolat, avec une mousse au citron. Parfait pour nous réchauffer le coeur!

Le concept était simplement magnifique! J'ai adoré! Noir, lime et blanc. Des chandelles rayées ET à petits pois. (On aime!). Une petite étiquette pour rehausser l'authenticité du produit. Simple mais combien joli!


Merci encore Mélanie!

dimanche 11 septembre 2011

Pour plus de maïs!

Hé oui, la saison du maïs tire déjà à sa fin. Toujours excitée lorsque j'en mange pour la première fois, je dois avouer qu'après deux ou trois épluchettes, je commence à être quelque peu saturée. Croquer dans un épi de maïs avec un peu de beurre, du sel (et du poivre frais moulu, pour ma part!), c'est bien plaisant en gang. Mais quand on est en solo, c'est un peu moins intéressant de se faire bouillir une bonne quantité d'épis. Comme j'en avais quelques uns à consommer (on évite le gaspillage, ici!) je me suis mise à chercher une nouvelle façon d'apprêter ce magnifique légume du mois d'août.

Je suis donc tombée sur cette recette de La Tartine Gourmande. Le tout me semblait franchement appétissant, et tiens donc! Je n'ai jamais fait de crème de maïs. Il y a une première à tout. Je dois cependant préciser que je n'ai pas suivi la recette à la lettre (êtes-vous surpris??!), faute d'ingrédients. J'ai substituer la sauge et le thym pour quelques tiges d'origan frais. À défaut de petits piments et de chair de crabe, j'ai simplement servi la crème avec une tomate coupée en dés, quelques morceaux de tofu grillés dans la poêle et bien entendu, un peu de coriandre fraîche. Le basilic frais, ajouté seulement à l'étape du mixage, rehausse la crème d'une belle saveur légèrement poivrée. Celle-ci peut être servie froide, mais je préfère la déguster tiède, elle a un goût plus savoureux et plus doux en bouche. Une belle petite soupe repas, très différente!

Profitez en vite avant que la saison ne se termine. J'ai encore vu quelques marchands en vendre ce week end! (vite, vite!)

mercredi 24 août 2011

Cornets ou petits gâteaux?

Oui, je sais. Le mois de septembre se pointe bientôt le bout du nez et je n'ai pas eu une seconde pour vous parler de mes petits plaisirs d'été. Non pas que mon été était rempli culinairement parlant. Je me suis rarement retrouvée dans ma cuisine, plus souvent qu'autrement au restaurant ou chez des amis. Ou encore simplement en vacance, l'appareil photo bien loin. (Enfin, presque loin..!) Je dois également avouer qu'entre passer mes soirées à préparer mes billets et l'idée d'aller prendre un verre sur un balcon sous quelques rayons de soleil chaleureux, le choix était franchement évident. Le drink!

Enfin, je regardais mes photos des deux derniers mois (Oh, mais je procrastine ici!), et je suis tombée sur nos magnifiques cornets de crème glacée, réalisés avec ma collègue Mélanie. Une belle illusion, car en fait il s'agit ici de petits gâteaux. Le but était simple. Souligner un anniversaire d'une collègue (Cela faisait un certain temps! Je crois que Mélanie et moi étions attendues avec impatience!) tout en restant dans l'esprit de la saison estivale.

Un cornet simple, comme on les aime. Un gâteau au chocolat, cuit directement dans les cornets. (Oui oui, le cornet ne brûle pas!!). Un crémage blanc composé de beurre, de blanc d'oeuf, de lait et de sucre à glacer. SURTOUT, de petits bonbons de couleur pour nous faire sourire et une petite cerise bien rouge et bien chimique pour nous rappeler le petit enfant en soi. Coloré, gagnant et franchement... sucré! Parfait pour nous faire passer l'après-midi plus rapidement, le sourire aux lèvres, un peu de crémage sur le coin de la bouche! (On est pas gourmande à moitié!).

L'été est si vite passé. Il faut bien le souligner comme il nous fait plaisir!

jeudi 7 juillet 2011

Le plaisir des vacances...

Vous vous souvenez certainement du long week-end de la St-Jean. Oui oui, je parle bien de celui qui a été submergé par les maintes averses! En compagnie d'une bonne amie, j'ai évidemment choisi ce week end pour partir à la mer, en camping, sous la pluie! La température n'était guère plus gagnante là-bas, mais j'ai apprécié la pause que ce petit trois jours nous a donnée. Le genre de séjour qui te ramène bien vite au plaisir de la simplicité des choses.

Comme le soleil n'était pas au rendez-vous, nous en avons profité pour découvrir le petit village typiquement américain qu'est Ogunquit, dans le Maine. Dison que l'escapade ne fut pas bien longue, considérant qu'il y avait seulement une petite rue principale garnie de quelques commerces. Malgré quelques places hyper touristiques (pour ne pas dire quétaine!), il y avait aussi de jolies boutiques gourmandes qui sont toujours plus intéressantes en voyage! Je suis étonnée de réaliser que je suis toujours aussi excitée lorsque j'entre dans une chocolaterie. Ou une crèmerie. Je me sens une petite fille à nouveau. Pourtant, ce ne sont pas les places qui manquent à Montréal (et qui sont probablement encore meilleures!). Mais le fait d'être ailleurs, en vacances, sans aucune autre préoccupation que de se remplir une petite boîte de chocolat, c'est si plaisant!

Je ne peux pas passer sous silence notre moment mémorable de camping. Entre deux installations de bâches et de cordes (Oui, il fallait à tout prix optimiser notre emplacement!), on a réussi à se faire un souper plus que plaisant, au grand air (très humide!). Soudainement, la qualité de la vaisselle ne m'importe plus. On met de côté les verres de vins pour deux magnifiques verres de plastique. On cuisine avec trois ustensiles et deux plats, avec le minimum d'ingrédients. Pourtant, c'est aussi bon que ce que l'on se fait à la maison!

Une superbe salade d'épinards et de pomme verte. Une délicieuse truite cuite sur un petit barbecue avec des tomates et quelques oignons. Des courgettes d'été d'une grande saveur, simplement grillées.

Hé oui, parfois on n'a pas besoin de la plus grande gastronomie pour apprécier ce qu'il y a dans notre assiette. De la bonne compagnie, le grand air et une bonne bouffe cuisinée avec plaisir. Vos meilleurs souvenirs sont ils aussi simplistes?

dimanche 19 juin 2011

Pizzas toutes simples!

Il est dimanche soir, je suis quelque peu fatiguée de mon week end de repos et le frigo est vide. Un scénario assez fréquent pour ma part, qui se termine habituellement avec une course à l'épicerie ou encore une tranche de pain rapidement engloutie. Hé oui! J'aime la bouffe mais étonnemment, je n'ai pas toujours l'énergie pour me lancer dans les préparatifs. Par contre, comme il fait beau et chaud, je sens que le barbecue m'interpelle. (Encore!) Je regarde mon frigo (Franchement vide, je n'ai même plus d'oeufs!) et je me lance le défi d'utiliser le peu d'ingrédients qui me reste.

Une vieille pomme, une poire bien avancée, quelques bouts de fromage et un oignon à moitié entamé. Deux morceaux de pitas encore comestibles. On improvise...

POMMES, RAISINS ET CHEDDAR
Je dépose quelques tranches de pommes sur le pita légèrement huilé. J'y ajoute simplement de fines lamelles d'oignons, un peu de poivre, quelques raisins secs qui trainaient quelque part dans l'armoire. Je finalise avec quelques gros câpres tranchés et du fromage cheddar. (Ok, ici je dois avouer que j'avais un bon restant de cheddar 2 ans...) On met le tout au barbecue quelques minutes, et voilà! Un mélange si simple mais si parfait ensemble!

POIRES, PARMESAN ET NOIX DE GRENOBLES
À nouveau j'étale les tranches de poires sur le pita. J'y ajoute un peu d'oignon, de beaux copeaux de parmesan (Hé ouI! J'ai souvent un petit bloc dans mon frigidaire. Un classique quoi!) et quelques olives tranchées. Je dépose les noix de grenobles concassées et voici! Un peu de cuisson au barbecue et le délice est prêt!


Je me sens particulièrement fière quand je réussi à faire un beau petit repas avec un frigo bien vide! Et vous, quelles sont vos meilleures réussites avec des ingrédients qui auraient éventuellement fini à la poubelle?
Bon dimanche!

jeudi 9 juin 2011

Comment devenir un pro du barbecue

Quoi de mieux pour démarrer l'été qu'un bon barbecue à la maison, entre amis, un petit verre à la main? Pour ma part, je dois dire que c'est un incontournable. Même si cela fait déjà quelques années que je profite d'un barbecue sur mon (grand) balcon et que je m'en sors plutôt bien, je me suis dit qu'il serait peut-être intéressant de paufiner mes techniques. C'est bien facile de gérer un steak quand on est seule, mais si on planifie recevoir quelques personnes qui désirent des cuissons différentes, je me sens soudainement moins confiante!

Évidemment, la Guilde Culinaire est l'endroit idéal pour ce qui est des cours de cuisine. (Je suis pratiquement abonnée là bas!) Quand on aime la formule, pourquoi la changer? J'en ai donc profité pour également initier mon frère, sa copine ainsi qu'une amie. (Je sens que maintenant mon frère et moi allons avoir beaucoup de pression en famille pour les soupers de barbecue!) Le cours que nous avons sélectionné, donné par le chef Nabil El Khayal, porte principalement sur les cuissons des viandes. Rapidement, on remarque que Nabil est un amoureux de la viande! C'est par passion qu'il nous parle de boucheries, de l'importance d'entretenir un lien avec son boucher et de petits trucs reliés à la préparation des pièces. Pour ma part, j'étais très impressionnée de le voir ainsi travailler la grosse pièce de filet mignon qui a servi pour notre plat de résistance. On est bien loin des steaks emballés individuellement en épicerie (et qui n'ont pas particulièrement l'air bien intéressant!)


POUR VOUS METTRE L'EAU À LA BOUCHE...
Le menu proposé pour le cours est simpliste mais particulièrement savoureux. On débute avec de petites bouchées de poulet enrobées d'un mélange d'épices bien parfumé comprenant principalement de la coriandre, du paprika et des herbes provençales. C'était vraiment très rapide à préparer et franchement délicieux. Parfait pour attiser ceux qui commencaient à avoir faim!

On enchaîne avec ma recette préférée de la soirée qui a été cuite avec grande fierté par mon frère. Le filet de porc laqué au sirop d'érable et miso. De la coriandre est ajoutée à cette petite marinade, ce qui donne une très grande fraîcheur à la bouchée. (Je crois que c'est évident que je suis une fan de coriandre!) C'est à la cuisson des filets qu'on a compris les éléments essentiels pour bien maîtriser le barbecue. Le chef Nabil nous a montré à se fier davantage aux textures des viandes qu'au thermomètre, ce qui facilite la gestion de plusieurs morceaux de viande à la fois et qui évite d'accélérer la cuisson en les piquant à maintes reprises.

LA FAMEUSE PIÈCE DE VIANDE.
Le filet de boeuf qui nous attendait depuis plus de deux heures dans sa marinade. Nabil a bien essayé de vendre à tout le monde le bonheur de manger cette pièce de viande saignante, mais la majorité des participants ont tout de même préféré garder leur cuisson medium. Moi, par contre, je me suis définitivement aventurée et sans regret! C'est mon amie et moi qui sommes sautées sur la cuisson des filets (Curieusement, aucun homme ne s'est proposé... Il faut dire qu'on ne leur a pas laissé beaucoup de temps!) Pour ma part, je trouve cela plus facile d'apprendre en action. Maintenant, je sais quelle texture rechercher pour les différentes cuissons!
Le plat fut servi avec de très bons légumes grillés, une purée d'aubergine savoureuse et une petite sauce au yogourt nature et à la coriandre pour la viande. Un peu trop affamée, les photos ont pris le bord...

LE DESSERT, ENFIN!
Une poire farcie au crumble et plusieurs épices, servie avec une petite crème chantilly aromatisée à l'amaretto. Savoureuse et si légerte à déguster. Une recette que j'ai déjà hâte de refaire et d'ajouter mon petit grain de sel!

Ma seule déception (évidemment rien n'est parfait!) fut au niveau de l'ambiance lors du repas à la fin du cours. Je trouvais simplement que le passage à la table venait faire quelque peu tomber l'ambiance. Jusqu'à maintenant, tous les cours que j'avais suivi se situaient toujours autour de la grande table de préparation, à la cuisine. C'est extrèmement rassembleur et tous les participants finissent par échanger tout en mangeant. C'est beaucoup plus chaleureux et convivial!

Malgré ce petit bémol, j'ai franchement adoré le cours et j'ai déjà commencé à pratiquer mes nouvelles techniques à la maison! Pour les intéressés, j'ai remarqué que le cours de barbecue est également offert pour les poissons et fruits de mer.

Bonne saison du barbecue!

lundi 23 mai 2011

Ail rouge, fines herbes et beurre à l'ail!

Cette semaine au marché j'ai été très attirée par les petits paniers d'ail rouge. Je n'avais jamais utilisé celle-ci et j'étais alors curieuse de l'essayer. D'autant plus que le marchand me confime qu'il s'agit d'un type d'ail beaucoup plus fort et savoureux que l'ail blanche régulière.

Comme j'en étais à mon premier essai d'homards chez moi (C'est-à-dire pas de papa pour s'occuper de prendre les bibittes et de les lancer dans l'eau!) je me suis dit que ce serait l'occasion idéale pour concocter un petit beurre à l'ail maison. (On est un peu tanné du petit bâton de beurre à l'ail Lactancia à l'épicerie!) Vraiment tout simple, j'ai quelque peu improvisé. J'ai fait cuire en papillotte une tête d'ail avec un peu d'huile d'olive pour une trentaine de minutes. L'odeur que dégage l'ail rouge à la cuisson est vraiment délicieuse! J'ai fait fondre une bonne quantité de beurre (J'ai choisi un beurre demi-sel, je voulais quand même un petit côté salé!) et j'y ai intégré peu à peu les gousses confites, tout en mélangeant au fouet. L'idéal est d'y aller au goût (et de tester avec un petit morceau de pain!). À la toute fin, j'y ai ajouté du persil italien et du thym au citron frais.

C'était étonnemment savoureux! Curieusement, il ne restait plus de beurre une fois les homards terminés!

lundi 16 mai 2011

Le pain, prise 2!

Quoi de mieux que de bons petits pains maisons à l'occasion d'un brunch entre amis lors d'une matinée pluvieuse de week-end?

Il fallait bien que je mette à l'épreuve mes nouvelles connaissances en matière de boulangerie! Heureusement, en compagnie d'une copine, on a pu s'aider mutuellement dans nos techniques. En fait, il fallait surtout ME rassurer car je n'arrêtais pas d'hésiter sur les textures! Enfin, on a pétrit nos pâtes avec amour en ce vendredi soir dernier et ce, jusqu'au petites heures du matin. (Ouf!) Bien loin d'avoir l'expertise de Marc-André Cyr, nous étions encore plus loin d'avoir sa rapidité à pétrir le pain. Tout de même, ce fut une belle réussite (avec quelques ajustements - bien entendu!).

J'ai opté pour les même recettes utilisées dans le cour, question de maîtriser la base avant tout. Mais attention que je sorte des sentiers battus! Il est sans aucun doute encore plus motivant de recommencer lorsque nos essais sont fructueux!

lundi 9 mai 2011

Rencontre avec Marc-André, boulanger itinérant

Cet hiver, j'ai eu envie de faire du pain. Du bon pain maison, pétrit à la main avec beaucoup d'amour. J'ai appris ma recette principale (pour ne pas dire la seule!) avec ma grand-mère et c'est chaque hiver que j'essaie avec peine et misère de lui rendre honneur. La réussite du pain vient défitivement avec l'expérience et la pratique, donc je peux honnêtement oublier le perfectionnement avec une moyenne d'une fois par an. Je suis à nouveau déçue par mes résultats qui finissent par se ressembler d'une fois à l'autre. Le pain lève en largeur et non en hauteur, en plus d'offrir une croûte plutôt faible après cuisson. Je suis bien loin de mes souvenirs du pain de ma grand-mère, même s'il s'agit de la même recette.

Je décide donc de perfectionner cet art. Par contre, cela faisait déjà depuis quelque temps que je regardais pour des scéances rapides de boulangerie, sans succès. Trop loin, trop long, environnement de travail trop professionnel. Rien ne me convenait. Ce n'est que dernièrement que je suis tombée sur le site de Marc-André Cyr, boulanger itinérant. En plus de donner des cours chez les Touilleurs et chez Mezza Luna (L'école de cuisine d'Elena Faita), Marc-André est sous-chef chez Olive & Gourmando. Je m'aperçois rapidement qu'il offre des cours qui se déroule dans ta propre cuisine (c'est-à-dire avec les limitations de celle-ci et de ton four!), et ce avec la compagnie de tes propres amis, le tout pour une somme franchement modique. (Allo! Moi qui est habituée de payer les cours à la Guilde...) Donc, je rassemble rapidement cinq de mes copines et je fixe un rendez-vous avec Marc-André.

LE DÉROULEMENT
Le concept proposé par Marc-André est sympathique et sans stress. Il arrive avec tous ses ingrédients, prépare les pâtes devant nous en prenant soin de nous expliquer dans les moindres détails ses recettes en plus de répondre à nos multiples questions. Il n'a pas peur de nous filer ses bonnes adresses et ses petits trucs. On aime son enthousiasme, sa facilité à se fondre dans notre petite clique et surtout, on aime sa passion pour le pain et la cuisine.


MARC-ANDRÉ EN ACTION!

video

LES PAINS AU MENU
Même s'il proposait un menu de type brunch, mes copines et moi avons opté pour le menu le plus simpliste et traditionnel. Une pâte blanche de base, un pain multigrain et un ajout de Marc-André: le arepas colombien.

La pâte blanche est un basique totalement incontournable. Les options sont franchement infinies lorsqu'on la maîtrise car il devient si facile d'y ajouter notre grain de sel. On s'est donc amusées à faire des bâtonnets aux sésames et aux fines herbes provençales. En observant Marc-André, je réalise que toutes les formes sont permises! Je ne suis pas obligée de réaliser le classique pain rectangle. J'adore l'option des petits batônnets. Vite préparés, vite cuits et vite savourés!

Le pain multigrain est surprenant! Farine blanche, farine de sarrasin et un mélange d'avoine, de graines de tournesol et de lin forment l'ensemble de cette pâte. Rapidement, on remarque une texture très différente à la pâte blanche. Les graines multiples absorbent l'eau, gongle la pâte et la rend vraiment plus lourde et consistante. Il faut sans aucun doute de bons bras solides pour pétrir celle-ci.

Le arepas colombien est une pâte à base de farine de maïs et de cheddar. Comme celle-ci n'a pas besoin de temps de repos pour lever, et on la fait cuire quelques minutes dans une poêle en fonte. On la déguste avec du bon cheddar, des avocats, des tomates semi-sèchées. Mais on aime surtout le petit mélange proposé par Marc-André avec un bon fromage de chèvre et un beurre de pomme... indescriptible!
Après environ trois heures on commence à être rassasiées de pain mais avant tout très heureuses d'avoir tous ces conseils pour mieux réussir nos recettes. Je suis vraiment satisfaite d'avoir pris l'initiative d'organiser cette soirée et j'ai déjà hâte de planifier un petit brunch pour essayer mes nouvelles connaissances! Défivitivement, je conseille fortement ce cours pour toute personne qui a envie d'en savoir d'avantage sur le pain. C'est une formule excessivement sympathique et combien enrichissante!